Juillet 1944 à Ambrus et ses environs.

Source: La Dépêche du Midi 23 juillet 2015 et document personnel de Charles Bernholc (Capitaine Charly).

En juillet 1944, un régiment allemand s’engage contre le groupe franc MAX et la 1ère compagnie.

Le 8 juillet 1944, le maquis du Raguès, situé à Ambrus, était attaqué par les forces de la division SS Das Reich, la milice et la Gestapo.

Les forces allemandes venues par toutes les routes accessibles encerclaient ce territoire de Parachutage. Environ 200 hommes du groupe franc Max du Bataillon Néracais, stationné à Ambrus, ont répondu à l’attaque et décroché dans la forêt Landaise. Le groupe franc Max réceptionnait des parachutages, au lieu dit Raguès, sur la Commune d’Ambrus.

Les Allemands perdent 5 hommes et une dizaine de blessés, le bataillon Néracais perd 4 hommes.

Gilles Palassin et André Moutinard y ont laissé la vie, fusillés sur le bord de la route. Franck Latour, blessé, sera soigné à l’hôpital de Nérac. Repris par les Allemands le 22 juillet avec deux autres résistants blessés, ils seront exécutés sur la route de St Maure de Peyriac à Sos.

Une colonne de la Division Das Reich part occuper Sos, un groupe isolé de 4 hommes du Bataillon force 2 barrages, engage le combat, tue le Colonel commandant la colonne allemande et l’un de ses lieutenants, en blesse 1 autre. 3 hommes sont pendus sur place (dont Franck Latour), le 4ème réussit à s’enfuir et à rejoindre le PC.

Le groupe du Raguès se reforme dès le lendemain de la bataille du 8juillet.

Sur la route de Durance, à la Tour d’Avance, Jean-Marcel Dutill et Michel Thomas trouveront la mort à bord de leur side-car lors d’une reconnaissance, le 12 juillet 1944.

Le même jour à la Tour d’Avance, une embuscade tendue par les Allemands interceptait un détachement du Bataillon Mickey, chargé de convoyer 4 aviateurs américains au PC du Colonel Hilaire situé dans le Gers.

Le sergent Emmanuel Lasserre, pilote du Side-car est tué sur le coup, son compagnon s’enfuit dans les bois. Après avoir essuyé des coups de feu, la voiture des maquisards est abandonnée et les hommes s’enfuient dans les bois.

Jean Guérin voulant prier secours à son camarade Emmanuel Lasserre sera à son tour victime des nazis (propos rapportés respectivement par Edmond Delorme, maire adjoint de Durance, Michel Ponthoreau, maire de Fargues et Christian Lafougère, maire d’Ambrus).

La colonne allemande attaque le PC du bataillon et la 3ème compagnie à Gueyze près de Sos et se retire en laissant 18 morts et une trentaine de blessés.

Toujours au mois de juillet 1944, 2 automitrailleuses allemandes sautent sur des mines, 15 soldats sont tués, 10 sont blessés, le bataillon Néracais ne perd aucun homme mais une de ses voitures de ravitaillement tombe sur une embuscade allemande. Il y aura 2 morts et 2 blessés.

Sur le pont de Sanca un groupe isolé détruit une auto chenille, tue 10 allemands et perd 4 hommes.

Nouvelle attaque de la division Das reich. Prévenus par un agent de renseignements que l’état major allemand avait décidé une vaste opération contre les maquis de Sud Garonne, qui interdisait leurs voies de communication, le bataillon perdit 9 hommes et eut 5 blessés au cours de cette attaque, tandis que les allemands perdaient 234 soldats dont le Colonel.

Le plan de l’état major était de pousser tous les maquis jusqu’aux plaines de Garonne afin de les y exterminer.

Le bataillon Néracais, alerté de cette opération avait fait appel au Bataillon de l’Armagnac, au maquis FTP et aux espagnols de M.O.I. venus se battre à leurs côtés.

Un commentaire sur “Juillet 1944 à Ambrus et ses environs.

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :