Bataillon de Marche Néracais

Constitution de l’état major du bataillon en juin 1944.

Gabriel Lapeyrusse (Lieutenant Colonel Gabriel), ancien maire de Nérac limogé par Vichy. Redeviendra maire de Nérac à la Libération, Conseiller Général et Député. Il dirige le bataillon, s’occupe du recrutement et des milices patriotiques. De son PC, depuis le 6 juin, il administre également les populations civiles de l’arrondissement de Nérac.

Charles Bernholc (Capitaine Charly), industriel, adjoint au lieutenant-colonel Gabriel. Chef d’État major, ordonne et coordonne tous les services administratifs et militaires. remplace le Lieutenant-Colonel Gabriel pendant ses déplacements. Deviendra au Ministère de la Guerre, l’adjoint du Chef Départemental de la Résistance du lot- et- Garonne.

Capitaine Jacquy (Commandant Jacky), Officier d’active, exécuté les missions militaires. Après son départ, lui succède le capitaine Jacques Lucas (Commandant Lucas) Officier d’active; puis André Garbay (Lieutenant André), instituteur. officier de renseignement et des liaisons. deviendra sous-préfet de Nérac. Etablit la censure Postale Résistance dans l’arrondissement de Nérac. Signale les miliciens, les déplacements des troupes allemandes, démasque les espions; Gabriel Lalanne (Lieutenant Figaro), coiffeur, l’homme des coups de main. Organise les opérations contre les chefs miliciens et les sorties en force; Léo Sarda (Lieutenant Léo), ingénieur des travaux publics. S’occupe des destructions, du parc auto, des explosifs, des armes.

Entre juin 1944 et août 1944, le Bataillon de Marche Néracais a perdu 42 hommes et une quinzaine de blessés.

D’avril 1943 à juillet 1944 le Bataillon de Marche Néracais a recueilli de nombreux équipages de la Royale Air Force, soit 26 américains, 7 anglais, 7 polonais et 11 français qui ont tous été conduits à la frontière espagnole.

Au jour de la libération les missions fixées au Bataillon de Marche Néracais étaient magnifiquement accomplies. Par le sacrifice de ses volontaires, le Bataillon Néracais a retenu dans le sud, démoralisé, ébranlé et finalement mis en déroute plusieurs divisions allemandes.

A la libération le Bataillon Néracais avait encore un effectif de 1200 hommes dont la majeure partie a suivi le lieutenant-colonel Lapeyrusse et s’est incorporé au 50ème RI en partance pour l’Allemagne .

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :